Résistez à la crise avec les logiciels libres, l’entraide et les monnaies alternatives…

Vous le savez peut-être déjà, Aplose est l’Agence pour la Promotion du Libre et de l’Open Source en Entreprise, un organisme de formation que j’ai créé en 2011 en réaction à l’injustice dont j’étais témoin dans mon activité professionnelle en tant que salarié dans une entreprise de services informatique.

En tant que prestataire, nous profitions pleinement des outils libres (Linux notamment, mais aussi toutes les librairies open source qui pouvaient faire économiser de l’argent en temps de développement…) sans pouvoir y contribuer (à part au bon vouloir de chacun en plus de son temps de travail facturé bien sûr…).

Les clients par contre, n’obtenait pas un logiciel libre, pris en charge éventuellement par une communauté de prestataires à l’éthique irréprochable, mais un logiciel composé de briques développées en partie pour lui et imposant un contrat de maintenance de type TMA.

Les petites structures, la plupart du temps, se voyaient proposer des solutions propriétaires “clé en main” souvent coûteuse à long terme.

Mon objectif d’alors : promouvoir le logiciel libre dont profitait déjà amplement les grosses structures, auprès des TPE et PME. A mon humble niveau, je pense avoir contribué dans ce sens et aidé à la connaissance du libre en entreprise.

Évidemment, Aplose tire son épingle du jeu financièrement puisque nous travaillons à former les indépendants, les salariés et les gérants des TPE et PME, les demandeurs d’emploi, sur tous les produits libres professionnels en fonction de leur besoin.

En cette période de crise, sanitaire d’abord, savamment orchestrée pour faire encore une pompe financière, puis économique (qui va se traduire par le rachat de toutes les petites structures qui ne tiennent pas le coup par des plus grosse qui vont vampiriser leur activité et asseoir leur hégémonie) , plusieurs axes me semblent pertinents pour continuer à résister face aux mastodonte et refuser la dictature du plus fort :

  • limiter son nombre d’outils à l’essentiel et passer à un ERP libre… Dolibarr est le produit que j’utilise pour gérer mon activité depuis 2011 et son succès grandissant me conforte dans mon choix. Que de temps économisé grâce à lui ! La gestion et la comptabilité d’Aplose, d’Oas-services, de Cocoon Start, les structures dont j’ai la responsabilité, est complètement réalisée grâce à Dolibarr. En plus d’être le cœur de notre système, il est une source de revenu : formation professionnelle pour apprendre à administrer l’outil, à l’utiliser, à être autonome chez Aplose, hébergement cloud sécurisé sur Ma Gestion Cloud à des tarifs défiant toute concurrence (9€HT par mois quelque soit le nombre d’utilisateurs…). J’ai pris la gestion d’entreprise et Dolibarr comme exemple, mais s’affranchir de Microsoft en passant à Linux ou de tout autre mastodonte comme Google et consorts sont des pistes à suivre aussi…
  • Réfléchir à l’entraide (merci Pablo Servigne 😉 ) et au niveau numérique aussi, privilégier la relation entre les individus plutôt que les échanges financiers… Je suis disposé à échanger avec vous une formation ou une prestation contre une prestation équivalente (publicité, communication, graphisme, bricolage, …) et vous ? Vous n’avez pas de tréso ? Et alors… on a bien d’autre choses de valeur…
  • se détacher progressivement de sa dépendance à l’€ … ça, cela risque d’être un peu plus difficile. La monnaie locale Graine 34 (pour ceux qui, comme moi, sont proches de Montpellier) est intéressante, mais comme toute les monnaies locales elle est adossée à l’€. Il y a donc les monnaies alternatives électroniques (crypto monnaies) mais de nombreux spéculateurs se sont déjà emparé de la plupart d’entre elle… Cependant, j’ai découvert la monnaie libre Ğ1 qui, par ses mécanismes de co-création de la monnaie par tous les membres (dividende universel) de la toile de confiance et d’augmentation exponentielle de la masse monétaire, rend très difficile la spéculation et inintéressante l’accumulation à long terme. Je pense donc investir du temps et faire de la promotion de cette monnaie qui pourrait devenir un formidable outil pour s’émanciper de la monnaie-dette, système imposant la croissance exponentielle et la destruction de la planète notamment.

Voilà mes quelques pistes de réflexion afin d’être plus résiliant face à l’effondrement qui s’annonce (et dont on nous masque la réalité à coup de création monétaire) et ce sans avoir un impact encore plus négatif sur notre environnement et nos concitoyens.

Vous en avez d’autres ? N’hésitez pas à échanger avec moi…

Amicalement,

Olivier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *